Séance 3 – Benoît Tadié : « “Through me many long dumb voices : roman noir et subjectivation politique »

L’intervention de Benoît Tadié avait pour objectif de s’intéresser au rapport entre le polar et le politique à la croisée de différentes aires géographiques et historiques. Cette présentation a été axée sur la question de la reconnaissance du peuple par la littérature à travers le roman noir.

La première temporalité fut au lendemain de la première guerre mondiale où le genre était largement produit par les écrivains au travers du magazine PULP. Cette période produit les récits de détectives où le crime est mis en relation avec la violence sociale. Les auteurs s’en prennent ensuite au système politique où la démocratie serait corrompue par le crime. Le détective n’est plus au service de la classe dirigeante comme il l’était autrefois. Un deuxième renversement survient lorsque les auteurs placent le gangster comme protagoniste de l’histoire. Cette révolution est caractérisée par une nouvelle vision du monde à travers les yeux du criminel qui se voit être une personne exclue par une société inégalitaire.

La deuxième temporalité se place au lendemain de la seconde guerre mondiale avec l’émergence du livre de poche sur la scène américaine. Le roman noir ne faisait alors pas parti d’une seule et même catégorie mais plutôt de différents sous-genres comme le policier, cow-boy, historique ou encore « sexe excentrique » (gay et lesbien) par exemple. Le roman noir y permet la représentation et la prise de parole de peuples en marge que Benoît Tadié a également nommé comme étant « le monde des désaffiliés ». L’univers social jugé comme déviant par une société intolérante devient ici le héros d’un sous-genre narratif.

Séance 2 – Domino Renee Perez : « Transnational Masculinities in Mexican American Literature »

Lors de cette nouvelle séance, Domino Renee Perez a abordé les notions de paternité et de masculinité dans la littérature mexicaine. Sa réflexion a pour but de montrer comment ces images ont été intériorisées et utilisées par des sujets nationaux aux États-Unis et au Mexique.

Pour cela, Domino Renee Perez s’est notamment appuyée sur une ballade populaire mexicaine appelée « El Rey ». Cette chanson est ici analysée comme étant un hymne à la masculinité mexicaine. Son message devient alors un capital transnational et multi générationnel qui capture et transmet une forme consciente de l’autorité masculine pour des générations de mexicains et mexicain-américains.

Cette chanson a inspiré des œuvres telles que The Boy King of Texas (2020) de Domingo Martinez. Martinez offre une analyse de « El Rey » au travers du vice d’une masculinité ancrée dans la culture. Cette masculinité est alors qualifiée par Mme Perez comme étant « heteropatriarchaly oppressive ». Au sein du foyer, cette performance masculine est décrite comme psychologiquement et émotionnellement épuisante. Cette oppression sociale et familiale n’est pas spécifique à une ethnicité mais le fait qu’elle soit identifiée par « el machismo » est culturellement spécifique aux latinos, notamment les hommes descendants du Mexique.

Ce comportement apprit et conditionné par les hommes hétérosexuels hispaniques à travers les générations est devenu une force culturelle exprimée à travers la littérature et autres divertissements faisant la promotion de l’attitude de « macho ». Domino Renee Perez expose alors la transmission de la masculinité mexicaine transmise comme translocale, transnationale, et transgénérationnelle.

Pour plus de précisions veuillez suivre ce lien : https://institutdesameriques.fr/fr/article/seminaire-transnational-masculinities-mexican-american-literature

Séance 1 – Christine Douxami « Voir un monde idéal à travers la scène? Théâtre noir et lutte contre le racisme au Brésil de 1944 à nos jours »

La présentation de Christine Douxami s’articule autour du théâtre noir au Brésil et les liens entre la politique et la conception de ces arts au travers des patrimoines immatériels. Plus largement, cette articulation évoque les questions d’affirmation de la négritude, d’affirmation identitaire, ainsi que leurs impacts anthropologiques et philosophiques.

Christine Douxami commence sa présentation en introduisant le théâtre noir du Brésil qui débute en 1944 grâce à Abdias Nascimiento qui fonde le premier théâtre noir appelé « Theatro Experimental do Negro ». La scène se pose alors face à la problématique d’un monde idéal : Que va-t-on y montrer ? Un monde rêvé ou bien dénoncer notre monde actuel ?

La fin de l’esclavage au Brésil, qui a eu lieu en 1888, fut suivi de mouvements noirs à la fois de journalistes et d’artistes au début des années 30. Dès 1944, une question émerge : comment lier le folklore (afro-brésilien ou afro-amérindien), le patrimoine immatériel et les formes d’art contemporain ? Autrement dit, comment lier ces questions de reconnaissance identitaire à une identité spécifique afro-brésilienne inscrite dans un mouvement noir international ?

Christine Douxami s’intéresse donc aux marqueurs identitaires qui vont être mis en avant sur scène pour caractériser cette nouvelle identité et la différence entre le théâtre noir et le théâtre traditionnel de l’époque. La valorisation de l’Afrique sur scène va prendre sens dans le théâtre d’Abdias Nascimiento au travers de pièces telles que O Filho Prodigo (1947), Aruanda (1948), Rapsodia Negra (1952), Sortilegio (1957). On y retrouve une représentation de rituels (tel que le Maracatu Naçao) provenant de différentes religions afro-brésiliennes comme le christianisme et le candomblé.

L’intégration de ce folklore va permettre l’affirmation de deux théâtres noirs soulevant la question du cadre politique. D’un côté, Solano Trindade va estimer que ces formes de folklore sur scène devrait être articulées à la lutte des classes. En parallèle, Abdias Nascimiento va vouloir se lier au mouvement international.

Néanmoins, une question persiste quant à la caractérisation de ce folklore. Jean-Marie Shaeffer inventa le concept de « signal à coût élevé » estimant qu’un objet religieux, lorsqu’il provoque une émotion esthétique, peut devenir un objet artistique. Carlo Célius s’est ensuite inspiré de ce concept pour proposer le « domaine de création » permettant à des éléments de folklore ou des éléments religieux de devenir des objets artistiques dès lors que les personnes les utilisant se considèrent comme des artistes.

Le théâtre noir se présente également sous forme chorégraphique notamment grâce à une danse appelée le Jongo. Néanmoins, le théâtre-danse populaire n’est pas reconnu comme un art à proprement parlé. D’un point de vu politique, ces artistes ne sont pas considérés au même pied d’égalité que le reste de la profession dans d’autres domaines artistiques.

Christine Douxami nous transporte ensuite à nos jours où la culture populaire est principalement représentée dans des festivals. Au Festival Mondial des Arts Nègres de 2010 à Dakar, un metteur en scène afro-brésilien du nom de Rui Moreira présente son spectacle à travers le Nego Fugido, un mélange entre le théâtre populaire et traditionnel, utilisant le folklore dans une représentation de danse (samba et rituel de candomblé). Ce festival devient alors un moyen d’exprimer la revendication d’africanité présente au Brésil.

Le théâtre noir se veut également militant comme pour exprimer la résistance à Bolsonaro et sa prise de pouvoir en janvier 2019 ou encore la résistance des femmes. Depuis 1944, les thèmes se sont élargis bien au-delà des marqueurs identitaires de départ et le théâtre noir consiste dorénavant en un élément crucial pour la revendication du mouvement noir au Brésil.

Les autres lieux du politique dans les Amériques – 2020/2021

Dans le cadre du séminaire « Les autres lieux du politique dans les Amériques » de cette année 2020/2021, organisé et animé par Aurore Clavier, Véronique Hébrard et Hélène Quanquin pour le laboratoire CECILLE, nous avons le plaisir de vous informer de l’ouverture de cette troisième édition.

Ce séminaire a vocation à rassembler des spécialistes de différentes disciplines travaillant sur les Amériques. Il s’agira d’étudier les lieux de production et de socialisation du politique à l’écart des processus institutionnels traditionnels dans les sociétés américaines, depuis l’espace domestique envisagé comme un espace politique, jusqu’à la création littéraire comme discours « résistant », en passant par le conflit armé. Nous nous interrogerons également sur les différentes stratégies de résistance, visibles ou invisibles – politiques ou infrapolitiques – mises en œuvre par les acteurs (individuels ou collectifs) privés du droit de vote ou plus largement d’influence politique, qu’il s’agisse de ce que l’historien états-unien Eric Foner appelle le « concept abolitionniste », à savoir une position consciente de retrait vis-à-vis du système politique traditionnel afin de changer celui-ci depuis l’extérieur, ou des pratiques d’interpellation des représentants de l’Etat dénués de tout fondement juridique comme le sont les pronunciamientos en Amérique latine, ou encore des expériences de sociétés « utopiques » à l’œuvre dans l’ensemble du continent.

PROGRAMME 2020-2021

8 octobre 2020, Christine Douxami (Université de Besançon), amphi B2, « Voir un monde idéal à travers la scène? Théâtre noir et lutte contre le racisme au Brésil de 1944 à nos jours »

5 novembre 2020, Domino Renee Perez (Université du Texas à Austin), visoconférence : « Transnational Masculinities in Mexican American Literature »

17 décembre 2020, Benoît Tadié (Université de Rennes 2), visioconférence, « ‘Through me many long dumb voices’ : roman noir et subjectivation politique »

21 janvier 2021, Aline Helg (Université de Genève), amphi B2, « Missionnaire ou révolutionnaire ? Prémices d’une théologie afro-américaine aux confins de la Colombie (Buenaventura, 1966-1980) »

4 février 2021, Hélène Quanquin (CECILLE, Université de Lille), amphi B2, présentation de Men in the American Women’s Rights Movement, 1830-1890: Cumbersome Allies (Routledge, 2020)

18 février 2021, Adeline Vasquez-Parra (CECILLE, Université de Lille), amphi B2, « Des voix silencées. Rechercher les traces d’agentivité féminine en histoire coloniale: le cas de la déportation des Acadiennes (1755-1789) »

4 mars 2021, Michelle Granshaw (University of Pittsburgh), visioconférence, « Dramaturgies in Practice: Irish-American Theatre and Performances of Mobility », Séance commune avec le séminaire de recherche en études irlandaises (CECILLE) (inscription auprès de Mathilde Villain, mathilde.villain.etu@univ-lille.fr, pour l’envoi du lien et du mot de passe vers la réunion)

18 mars 2021, Michaël Roy (Université de Nanterre), amphi B2, « ‘Children Are Abolitionists’ : enfance et enfants dans la lutte contre l’esclavage aux États-Unis »

8 avril 2021, Joana Etchart et Franck Miroux (Université de Pau et des Pays de l’Adour), visioconférence, « Conciliation ou réconciliation ? Regards croisés sur les expériences nord-irlandaises et canadiennes » Séance commune avec le séminaire de recherche en études irlandaises (CECILLE) (inscription auprès de Mathilde Villain, mathilde.villain.etu@univ-lille.fr, pour l’envoi du lien et du mot de passe vers la réunion)

15 avril 2021, Philippe Castejon (CECILLE, Université de Lille), amphi B2, « Le monstre et le vice-roi : une tentative de séparation des pouvoirs aux Indes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle »

Séance 1: Julien Nègre – 03 octobre 2019

Cette première séance a vu accueillir Julien Nègre, enseignant-chercheur à l’ENS Lyon et spécialiste du croisement entre la littérature et la cartographie d’une part, et du philosophe, poète et naturaliste américain Henry David Thoreau d’autre part. Comme résultat de la rencontre de ces deux champs de recherche, un ouvrage: L’Arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l’oeuvre de Henry David Thoreau, Lyon, ENS Éditions, 2019.

La présentation du chercheur part d’un constat intéressant: l’ensemble de la production écrite de Thoreau ne compterait qu’une seule carte, « Walden Pond », à laquelle le texte dans lequel elle s’insère ne fait d’ailleurs pas directement référence. On comprend donc dès lors que le chercheur visera une autre forme de cartographie que celle présentée par les cartes physiques des archives de Thoreau: une cartographie se dessinant au sein-même de ses textes, au travers des mots et des descriptions qu’il nous offre.

Suit une rapide présentation de Thoreau, le replaçant dans le double contexte états-unien des années 1840-1850, soit deux décennies avant que ne commence la guerre de Sécession: nous assistons donc tout d’abord à la soudaine expansion territoriale vers l’ouest, achevant de donner sa forme actuelle au pays, puis lié à cette même question à une intensification du débat sur la question de l’esclavage. Julien Nègre se penche très vite sur la production de Henry David Thoreau, et procède dans un premier temps à un découpage en quatre catégories des cartes constituant ses archives, puis dans un second temps à un deuxième découpage en quatre catégories de ses écrits. Nous laissons de côté la première classification pour nous rappeler de la dernière, plus conséquente et centrale dans la présentation du chercheur. À l’exception du journal de Henry David Thoreau, le reste de son oeuvre est donc divisé entre ses « textes de jeunesse », les « grandes excursions » (Walden or Life in the WoodsCape CodThe Maine Woods…), les « essais polémiques » (Resistance to Civil GovernmentSlavery in MassachussetsLife Without Principle…) puis en dernier lieu ses « études des microcosmes » (Autumnal TintsWild Apples: The History of the Apple TreeAn Address on the Succession of Forest Trees…).

Les textes de jeunesse étant laissés de côté, il passe donc directement aux grandes excursions: les cartes que Thoreau conserve et complète se voient concernées dans ses textes soit explicitement pas des citations, soit plus implicitement, en y ajoutant ses propres informations. Il se sert de ces différentes zones présentées par les cartes physiques pour étayer ses écrits, et de plus, à l’inverse, ce texte vient également nourrir ces cartes en leur donnant de nouvelles dynamique et de nouvelles perspectives. Il s’appuiera sur le cas du village présenté dans Walden or Life in the Woods en le considérant comme une « structure de canalisation », un « diagramme » en termes foucaldiens. L’enseignant-chercheur souligne alors que « tout en empruntant à cette logique de clarification des cartes, [Thoreau] s’intéresse aussi à tous les points qui résistent à cette formalisation, à ce diagramme ». Ces questionnements sont à mettre en lien direct avec la langue employée par Thoreau, qui peut parfois provoquer des effets de sens inattendus, de par l’incertitude orthographique de certains mots mis à l’écrit pour la première fois (échange avec les deux guides indiens dans The Maine Woods). Ces différents constats sur les « grandes excursions » aboutissent à un rapport commun selon Julien Nègre: « les zones d’incertitudes de la langue, tout comme celles de la carte, ne sont pas envisagées par Thoreau comme des lieux où le sens devient incertain et instable, mais plutôt comme autant d’occasions de démultiplier les effets de sens et leurs potentialités ».

La catégorie des essais polémiques est quant à elle présentée autour d’une idée principale par le chercheur: la prison, par laquelle Thoreau est passé, conçue comme seul vrai espace de liberté, puisque le reste du territoire (ici le Massachussets) est présenté comme un territoire d’esclavage, où chacun, par son inaction, se retrouve finalement esclave de cette situation.

La séance se termine finalement sur la plus petite échelle travaillée par Thoreau: les textes sur les microcosmes. Ces derniers permettent de voir l’invisible, puisque Julien Nègre nous explique que Thoreau complète les cartes en mettant au premier plan des éléments négligés. Il s’ancre donc ici dans un travail de perception, et l’enseignant-chercheur en conclut que « un vide sur la carte n’est pas nécessairement un signe de vide mais plutôt une chose à découvrir ».

Cette séance se clôture donc sur le constat suivant: les textes de Thoreau ont influé directement sur la cartographie en la faisant évoluer, et nous reprenons pour cela la citation de Baptiste Morizot faite par Julien Nègre en clôture de cette présentation:

Les mots ne représentent pas les choses, ils les changent. Ils configurent nos relations envers elles, nos modes d’action sur elles. Chaque geste quotidien du langage qui entend définir quelque chose est face à l’irréductible responsabilité de le transformer, et de déterminer un champ d’action limité à son égard. Maîtriser ce geste adamique (nommer, configurer, orienter l’action) revient à défendre et pratiquer un usage raisonné des mots, qui opère leur transmutation en concepts: c’est-à-dire en modèles mentaux rigoureux, précisément définis quant à leurs fondements philosophiques et leurs répercussions cartographiques lointaines.

Baptiste Morizot, Les diplomates, Wildproject, 2016, p. 22.

Les autres lieux du politique dans les Amériques – 2019/2020

Nous avons le plaisir de vous informer du renouvellement du séminaire « Les autres lieux du politique dans les Amériques » pour cette année 2019/2020, organisé et animé par Aurore Clavier, Véronique Hébrard et Hélène Quanquin pour le laboratoire CECILLE de l’Université de Lille dans le cadre de l’axe de recherche Les Amériques.

Ce séminaire, reconduit pour une deuxième année, a vocation à rassembler des spécialistes de différentes disciplines travaillant sur les Amériques. Il s’agira d’étudier les lieux de production et de socialisation du politique à l’écart des processus institutionnels traditionnels dans les sociétés américaines, depuis l’espace domestique envisagé comme un espace politique, jusqu’à la création littéraire comme discours « résistant », en passant par le conflit armé. Nous nous interrogerons également sur les différentes stratégies de résistance, visibles ou invisibles – politiques ou infrapolitiques – mises en œuvre par les acteurs (individuels ou collectifs) privés du droit de vote ou plus largement d’influence politique, qu’il s’agisse de ce que l’historien états-unien Eric Foner appelle le « concept abolitionniste », à savoir une position consciente de retrait vis-à-vis du système politique traditionnel afin de changer celui-ci depuis l’extérieur, ou des pratiques d’interpellation des représentants de l’Etat dénués de tout fondement juridique comme le sont les pronunciamientos en Amérique latine, ou encore des expériences de sociétés « utopiques » à l’œuvre dans l’ensemble du continent.

Le programme pour cette année 2019/2020 sera le suivant:

• 3 octobre 2019: Julien Nègre (ENS Lyon)
Présentation de l’ouvrage L’Arpenteur vagabond : cartes et cartographies dans l’oeuvre de l’écrivain américain Henry David Thoreau, Lyon, ENS Editions, 2019. Séance commune avec le séminaire « Politique de la littérature ».

• 14 novembre 2019: Véronique Hébrard (Université de Lille)
« Se prononcer et pétitionner dans le Venezuela du XIXème siècle. Écriture et nouvelles sociabilités politiques ».

• 12 décembre 2019: Flora Valadié (Université de Bourgogne)
« Vies rêvées et contrevies : spectres politiques dans la fiction récente de Paul Auster ».

• 23 janvier 2020: Yessika González (Université de Lille)
« Les telenovelas au Venezuela (1980-1992) : lieux de politisation ? ».

• 13 février 2020: Laurence Gervais (Université Paris Nanterre)
« Sexualités, espaces, résistances et territorialités : production du politique, production de territoire ».

• 5 mars 2020: Sari Altschuler (Northeastern University)
« Deaf Culture and Citizenship in the Early United States ».

• 2 avril 2020: Philippe Castejon (Université de Lille) « Le monstre et le vice-roi : une tentative de séparation des pouvoirs aux Indes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ».

• 14 mai 2020: Aline Helg (Université de Genève) « ‟L’Envoyé de Dieu” : millénarisme et révolte sociale dans la Vallée du Magdalena en Colombie, fin du 19e siècle ».

Séance 8: Hélène Quanquin « La poésie abolitionniste »

Lors de son intervention le 25 avril 2019 dans le cadre du séminaire Politique de la Littérature et du séminaire Les Amériques, Hélène Quanquin a évoqué la poésie abolitionniste à travers la figure de William Lloyd Garrison. Ce dernier était un abolitionniste (blanc) militant et rédacteur en chef du Liberator, un journal hebdomadaire publié pour la première fois en 1831 et qui compta plus de 1800 numéros. Le journal, qui publie des auteurs noirs-américains et des femmes (la rubrique « Ladies department » est réservée à ces dernières) prend position contre l’esclavage à travers articles et écrits littéraires. La poésie publiée par The Liberator est donc engagée, trop peut-être selon le fils de Garrison, Wendell Phillips Garrison, qui trouve les poèmes écrits par son père « too conditioned by the reformer’s needs. » Même un poème pour célébrer la naissance de son premier enfant devient en effet une réflexion politique sur les enfants qui, eux, sont nés esclaves (alors que la plupart des enfants de Garrison ont des prénoms qui sont ceux d’amis abolitionnistes).

Cependant, William Lloyd Garrison n’est pas une exception : la poésie est très courante avant la guerre de Sécession, et elle fait partie de la vie quotidienne. Et contrairement aux idées de son fils, William Lloyd Garrison la conçoit comme un moyen légitime d’expression politique : elle doit être lue parmi les articles qui l’entourent dans le numéro et non dans un recueil. Plus qu’une forme d’expression artistique, elle est une forme d’engagement avec le monde et un mode d’action. Garrison a été fortement inspiré par la poésie romantique et l’image des poètes martyrs comme Byron. Il semble donc logique que sa poésie soit un engagement à part entière dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage.

Séance 7 : Christilla Vasserot « Les versions de l’histoire : écritures et réécritures dans le théâtre cubain contemporain des années 1960 aux années 2000 »

Enseignante-chercheuse et maître de conférences rattachée à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, Christilla Vasserot a notamment réalisé en 1998 une thèse intitulée « Les avatars de la tragédie dans le théâtre cubain (1941 – 1968) ». Ses thèmes de recherches allant de Cuba à l’Amérique latine, en passant par les domaines de la Littérature, du Théâtre, et de l’Histoire culturelle, elle dispensa à l’occasion de notre séminaire une présentation sur l’impact de la révolution sur le théâtre cubain des années 1960 mais aussi celui des années 2000.

Il est apparu que les dramaturges du 21e siècle cherchaient à rénover la scène cubaine, la désenliser de ses formes populaires romantiques, en allant chercher des modèles ailleurs (inspiration de classiques contemporains nord-américains, etc.). Situer ce qui est à l’intérieur des années 60 intéressa plusieurs auteurs mais posa également problème par le rapport de l’art au politique. Ainsi, les désaccords de critiques littéraires et artistiques ne reposaient plus sur un fondement esthétique mais politique et idéologique. Ce qui est dans et hors de la révolution est important, tout comme ce qui se joue dans ce théâtre extra-contemporain que Christilla Vasserot décrivit comme le reflet des préoccupations du moment. En effet, selon les périodes, le théâtre n’est plus le même: il fut intéressant de voir comment certains auteurs ont retrouvé dans les années 2000 un espace de liberté qui était celui qu’ont pu créer dans la révolution certains auteurs des années 1960 ; ou comment les années 1980 ont vu le théâtre se développer en un espace alternatif, se jouant à la marge. Les circonstances historiques (telles que la chute bloc soviétique, du mur de Berlin, etc.) se retrouvèrent sur les scènes cubaines, et une écriture de l’intime se mit en place pour montrer les conséquences que cela a eu sur l’individus.

Cette séance démontra l’importance de l’art dans le politique, de voir comment une même histoire se retrouve racontée sur différents supports, comment les auteurs d’aujourd’hui réécrivent les évènements de ces années passées et comment le public les reçoit. Ainsi, si le théâtre est désigné comme un art secondaire, il convient de préciser que cela se perçoit non pas en termes péjoratifs mais en termes de quantité.

Séance 6 : Maria Elvira Alvarez « Politisation et mobilisation des femmes catholiques en Bolivie dans les années 1940 »

Doctorante en Histoire spécialisée dans les « Mondes américains : sociétés, circulations, pouvoirs (XVe – XXIe s.) » et rattachée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maria Elvira Alvarez a récemment écrit une thèse intitulée « Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la guerre du Chaco à la Révolution Nationale (1935-1952) » dont l’objectif fut de rendre compte du rôle décisif que les femmes jouèrent dans les sphères publique et politique. Son intervention s’articula selon la problématique suivante : Comment ces femmes politisèrent-elles leur mouvement et quelles furent les bases idéologiques de leur mobilisation ?


Dans le contexte de déclin du mouvement féministe et de la guerre du Chaco, où les limites entre sphère privée et publique se brouillèrent et se superposèrent, le pays vit l’ascension d’un mouvement composé de femmes catholiques antifascistes : la FBEC (Fédération Bolivienne d’Employée Catholiques). La docteure Alvarez expliqua la base idéologique de leur politisation, qui avait donc pour but d’exalter la présence de ces femmes sur le marché du travail tout en sauvegardant la famille traditionnelle et l’ordre oligarchique en place. Opposées aux reformes portant atteinte à la moralité (telles celles reliés aux lois sur le divorce ou l’égalité des enfants), Maria Alvarez illustra comment ces femmes et leurs premières mobilisations furent les déclencheurs du renversement du gouvernement de Gualberto Villaroel et sa politique de répression féroce (pronazi, isolé et de la droite et de la gauche) ; et ce par une mobilisation de l’opinion publique contre ce dernier dans les mois sa démission.


Ainsi, cette présentation permit de mettre en lumière comment la politisation et mobilisation de ces femmes catholiques dans la sphère publique, réconciliaient des aspects à priori contradictoires avec la sphère privée et représentaient en soi un autre lieu du politique.

Séance 5 : Camille Rouquet « Photo de guerre américaine: des médias militants? »

Docteure en Langues et Cultures des Sociétés Anglophones rattachée au laboratoire LARCA ainsi qu’à l’école Doctorale de l’Université de Paris Diderot, les domaines de recherche de Camille Rouquet sont notamment la culture visuelle et le photojournalisme, l’histoire américaine, la guerre du Vietnam, mais aussi l’historiographie de la notion d’influence des médias et la notion d’éducation par l’image.

Lors de notre séminaire, elle aborda les médias Etats-Uniens comme une institutions politisée en étudiant la portée politique associées à quatre photos de presse* (appelées « icones » à cause de l’idée selon laquelle des contenus médiatiques peuvent causer des comportements et fluctuations dans la sphère publique) prises pendant la Guerre du Vietnam.
La docteure Rouquet expliqua alors comment un ensemble de discours construits autour de ces icones reflètent la thèse de l’influence ; cette tradition qui confère aux images des pouvoirs de persuasion. Cette dernière remonte aux réformes sociales du 19ème siècle, et à l’élection Abraham Lincoln en 1860 (qui annonça l’importance du charisme en politique).
Cependant, en faisant référence à ces photos au cours de l’histoire, son hypothèse est qu’il faut déconstruire la thèse de l’influence. Car bien que les gens pensent les médias comme un vecteur de ces horreurs, on se rend compte que la corrélation « image violenteimage puissanteimpact sur le public » est erronée dû à un manque de vraies preuves. Les icones doivent donc être perçues comme des objets purement symboliques et dénués de contexte ; car ce sont les faits qui mènent à une décision, et comme les médias relatent les faits, on mélange le message et la personne qui porte le message.

*Il s’agissait de :
-Malcolm Brown, Self-immolating Monk, 11 juin 1963.
-Eddie Adams, Saigon Execution, 1er février 1968.
-John Paul Flo, Kent State Shootings, 4 mai 1970.
-Nick Ut, The Terror of War (“Napalm Girl”), 8 juin 1972.

Séances 4 : Cécile Roudeau «Democratic Domesticities? The Domestic Manuals of Lydia Maria Child & Catherine Beecher as Displaced Loci of the Political »

« Au bord de la fiction : pratiques de la régulation et politiques de la domesticité »

Spécialisée dans la littérature Américaine du 19e, le travail de la professeure de Littérature Américaine Cécile Roudeau explore comment la littérature interfère avec nos façons d’appréhender le monde et les catégories épistémiques qui y sont reliées. En effet, ce type de littérature auquel elle s’intéresse vise – par la reconnaissance que la notion d’expériences et les concepts liés sont changeants – à affiner et modifier les instruments avec lesquels nous saisissons le monde, à la fois sur le plan esthétique et politique.

En distinguant trois sens aux mots « domesticité », elle n’en utilisera qu’un: le sens de « dompter »; et ce afin de l’articuler avec la notion de bien public dans le contexte de la construction conjointe d’un État et de droits démocratiques. Quand l’ouvrage de Beecher sera décrit comme destiné à l’élite, celui de Child sera plus considéré comme une “bible domestique” destinée aussi au pauvres. Mais les deux ouvrages permettraient une mise en avant du pouvoir de la sphère domestique. Un pouvoir nécessaire pour réglementer et légaliser et maintenir la régularité dans le pays. En outre, l’hypothèse de la professeure est que la domesticité pourrait être considérée comme un site de pouvoirs d’État démocratiques, mais elle pose plusieurs problèmes. L’un d’eux est que tout bouge dans un «perpetually fluctuating state of society», ce qui semble interdire toute régularité dans la notion de pouvoir. Elle désigna également la façon dont les deux autrices identifiaient dans leurs guides le problème de la «débilité» de la constitution et ses conséquences sur la mauvaise gestion des jeunes enfants. Elle conclut sur les règlements qui, en tant que remède à la débilité des lois des États, étaient donc là pour compléter ce qu’une faible constitution ne peut pas réglementer. Elle a mis notamment l’accent sur la question de la mise à l’échelle: ces réglementations ne devraient pas être arbitraires ni subordonnées à l’état de la situation dans le pays, mais devraient être réglementées et garanties.

Séance 3: Martha Jones « Birthright Citizens: A History of Race and Rights in Antebellum America »

La professeure Jones est une historienne spécialisée en études culturelles et juridiques, dont les domaines d’intérêt sont notamment l’étude de la race, du droit, de la citoyenneté, de l’esclavage et des droits des femmes. Titulaire d’un doctorat en histoire de la Columbia University ainsi que d’un doctorat en droit de la CUNY School of Law, Madame Jones nous présenta son ouvrage de 2018 : Birthright Citizens: A History of Race and Rights in Antebellum America.

En examinant attentivement les transcriptions de procès et les minutes, en épluchant un maximum de dossiers de tribunaux afin d’avoir la vision la plus complète possible de ce qu’il se passe aux quotidien dans des tribunaux locaux, l’ouvrage de Martha Jones prend également ses sources dans l’étude de certains journaux – tel que Freedom le premier journal noir publié à New York – mais aussi dans les documents personnels de certains juges pour comprendre leur interprétation des lois et de la Constitution. Un de ses découvertes principales fut de voir à quel point – même s’ils étaient dénués de droit et de représentation légale – les Afro-américains faisaient partie intégrante de la vie quotidienne d’un palais de justice, se battant pour toutes les personnes nées aux États-Unis soient citoyennes des États-Unis, quelle que soit leur couleur, leur religion, leur origine, leurs convictions politiques, etc.

A la suite de sa prise de parole qui démontra l’intensité et la régularité avec laquelle les noirs américains ont réclamé la reconnaissance de leur citoyenneté, la parole fut donnée à trois professeurs qui l’interrogèrent tour à tour sur les origines de son ouvrage, la question de la « performance » des droits et de la citoyenneté, et enfin la visibilité de ces personnes afro-américaines dans l’espace publique ainsi que l’absence de la question des femmes noires dans le livre.

Séance 2: Geneviève Verdo « Citoyens d’une nouvelle république ? Légitimité politique et ordre social dans les républiques provinciales du Rio de la Plata 1820-1840 »

Adoptant une perspective historiographique du concept des « autres lieux du politique », Madame Verdo nous explique que dans l’histoire latino-américaine et d’argentine les histoires d’indépendance ont longtemps été pensées selon un prisme national ; suggérant l’idée de nation. Situant son intervention entre 1820 et 1853, Madame Verdo montre comment avant la révolution d’indépendance, l’espace politique reposait sur une série de citées structurant l’espace impérial. Selon une ligne historiographique, ces citées seront ici appelées « républiques provinciales », ces dernières constituant selon Madame Verdo d’autres lieux du politique par rapport au modèle de « l’état nation ». Suivant cette indépendance, l’avènement de cette nation aurait été freiné par des forces obscurantistes et c’est seulement en 1863 qu’un État fédéral fut créé.

Sa réflexion socio-politique se concentra donc sur la légitimité du pouvoir dans ces républiques, et sa présentation s’articula selon quatre axes:

-Le problème de fixité dans la définition du mot « peuple » qui montre comment un pouvoir sans lieu ni peuple pour le soutenir est fragile

-Les autres facteurs de fragilités du pouvoir liés à la fois à des instruments libéraux mais aussi traditionnels (serment, règles protocolaires, honneur militaire et cérémonies patriotiques…)

-le contrôle de l’opinion publique (usage de la presse et oppositions

-Le paradoxe de la mobilisation effective des citoyens, appui formidable mais fateur de désordre (élections, assemblées populaire, rassemblements par d’autres canaux, question des emplois publics)

 

 

Séance 1: Hélène Cottet « Littérature et citoyenneté aux Etats-Unis : notes de lectures »

Hélène Cottet propose une recension de l’ouvrage récemment paru de Carrie Hyde, “Civic Longing: The Speculative Origins of U.S. Citizenship” (2018, Harvard University Press).

Partant du constat surprenant qu’il n’existait pas de définition juridique du statut de citoyen aux États-Unis avant le “Civil Rights Act” de 1866, Hyde réfléchit au mode “subjonctif” sur lequel la citoyenneté a pu être pensée dans différentes sources écrites de la jeune nation, avant d’être encadrée. Il s’agit alors véritablement d’explorer avec elle les autres lieux où s’est jouée une politique, au fil de plusieurs textes dont la plupart sont de nature littéraire. Leur exploration nous permet ici notamment de remettre en question l’idée d’une “autonomie de la littérature” aux États-Unis et, par ailleurs, d’interroger un sens plus radical d’un “dépaysement” ou des “ailleurs” de la fiction au regard de la notion de citoyenneté. 

Les autres lieux du politique dans les Amériques – 2018/2019

Organisé dans le cadre de l’Axe Les Amériques dirigé par Véronique Hébrard et Ronan Ludot-Vlasak au sein du laboratoire C.E.C.I.L.L.E. (EA 4074) de l’Université de Lille, ce séminaire, animé par Hélène Quanquin, Véronique Hébrard et Aurore Clavier, a pour vocation de rassembler des spécialistes de différentes disciplines travaillant sur les Amériques.
Il s’agira d’étudier les lieux de production et de socialisation du politique à l’écart des processus institutionnels traditionnels dans les sociétés américaines, depuis l’espace domestique envisagé comme un espace politique, jusqu’à la création littéraire comme discours « résistant », en passant par le conflit armé.
Nous nous interrogerons également sur les différentes stratégies de résistance, visibles ou invisibles – politiques ou infra-politiques – mises en œuvre par les acteurs (individuels ou collectifs) privés du droit de vote ou plus largement d’influence politique, qu’il s’agisse de ce que l’historien états-unien Eric Foner appelle le « concept abolitionniste », à savoir une position consciente de retrait vis-à-vis du système politique traditionnel afin de changer celui-ci depuis l’extérieur, ou des pratiques d’interpellation des représentants de l’État dénués de tout fondement juridique comme le sont les pronunciamientos en Amérique latine, ou encore des expériences de sociétés « utopiques » à l’œuvre dans l’ensemble du continent.

Le programme sera le suivant:
-Jeudi 29 novembre 2018, salle B0.610: Hélène Cottet (Univ. Lille), « Littérature et citoyenneté aux Etats-Unis : notes de lectures »

-Jeudi 13 décembre 2018, salle B0.610: Geneviève Verdo (Univ. Paris 1), « Citoyens d’une nouvelle république ? Légitimité politique et ordre social dans les républiques provinciales du Rio de la Plata (1820-1840) ». Séance commune avec le séminaire « Etudes romanes : Crises, Création, Renaissance ».

-Jeudi 10 janvier 2019, salle B0.610: Martha Jones (Johns Hopkins University, Etats-Unis), présentation de son ouvrage Birthright Citizens: A History of Race and Rights in Antebellum America (Cambridge UP, 2018).

-Jeudi 24 janvier 2019, salle B0.619: Cécile Roudeau (Univ. Paris Diderot), « Au bord de la fiction : pratiques de la régulation et politiques de la domesticité (Lydia Maria Child & Catharine Beecher) »

-Jeudi 14 févier 2019, salle B0.619: Camille Rouquet (U. PSL, LARCA), « Photo de guerre américaine: des médias militants? »

-Jeudi 7 mars 2019, salle B0.610: Maria Elvira Alvarez (Univ. Paris 1), « Politisation et mobilisation des femmes catholiques en Bolivie dans les années 1940 »

-Jeudi 21 mars 2019, salle B0.610: Christilla Vasserot (Univ. Sorbonne Nouvelle), « Les versions de l’histoire : écritures et réécritures dans le théâtre cubain contemporain »

-Jeudi 25 avril 2019, salle B0.610: Hélène Quanquin (Univ. Lille), « La poésie abolitionniste ».

-Jeudi 16 mai 2019, salle B0.610: Romy Sanchez (Univ. Lille/CNRS), « “Criadas” et “Mammies”: permanences et résistances au temps des abolitions dans la Grande Caraïbe. L’exemple de la domesticité féminine, 1860-1880 ».