Séance 2: Geneviève Verdo « Citoyens d’une nouvelle république ? Légitimité politique et ordre social dans les républiques provinciales du Rio de la Plata 1820-1840 »

Adoptant une perspective historiographique du concept des « autres lieux du politique », Madame Verdo nous explique que dans l’histoire latino-américaine et d’argentine les histoires d’indépendance ont longtemps été pensées selon un prisme national ; suggérant l’idée de nation. Situant son intervention entre 1820 et 1853, Madame Verdo montre comment avant la révolution d’indépendance, l’espace politique reposait sur une série de citées structurant l’espace impérial. Selon une ligne historiographique, ces citées seront ici appelées « républiques provinciales », ces dernières constituant selon Madame Verdo d’autres lieux du politique par rapport au modèle de « l’état nation ». Suivant cette indépendance, l’avènement de cette nation aurait été freiné par des forces obscurantistes et c’est seulement en 1863 qu’un État fédéral fut créé.

Sa réflexion socio-politique se concentra donc sur la légitimité du pouvoir dans ces républiques, et sa présentation s’articula selon quatre axes:

-Le problème de fixité dans la définition du mot « peuple » qui montre comment un pouvoir sans lieu ni peuple pour le soutenir est fragile

-Les autres facteurs de fragilités du pouvoir liés à la fois à des instruments libéraux mais aussi traditionnels (serment, règles protocolaires, honneur militaire et cérémonies patriotiques…)

-le contrôle de l’opinion publique (usage de la presse et oppositions

-Le paradoxe de la mobilisation effective des citoyens, appui formidable mais fateur de désordre (élections, assemblées populaire, rassemblements par d’autres canaux, question des emplois publics)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.