Séance 5 : Camille Rouquet « Photo de guerre américaine: des médias militants? »

Docteure en Langues et Cultures des Sociétés Anglophones rattachée au laboratoire LARCA ainsi qu’à l’école Doctorale de l’Université de Paris Diderot, les domaines de recherche de Camille Rouquet sont notamment la culture visuelle et le photojournalisme, l’histoire américaine, la guerre du Vietnam, mais aussi l’historiographie de la notion d’influence des médias et la notion d’éducation par l’image.

Lors de notre séminaire, elle aborda les médias Etats-Uniens comme une institutions politisée en étudiant la portée politique associées à quatre photos de presse* (appelées « icones » à cause de l’idée selon laquelle des contenus médiatiques peuvent causer des comportements et fluctuations dans la sphère publique) prises pendant la Guerre du Vietnam.
La docteure Rouquet expliqua alors comment un ensemble de discours construits autour de ces icones reflètent la thèse de l’influence ; cette tradition qui confère aux images des pouvoirs de persuasion. Cette dernière remonte aux réformes sociales du 19ème siècle, et à l’élection Abraham Lincoln en 1860 (qui annonça l’importance du charisme en politique).
Cependant, en faisant référence à ces photos au cours de l’histoire, son hypothèse est qu’il faut déconstruire la thèse de l’influence. Car bien que les gens pensent les médias comme un vecteur de ces horreurs, on se rend compte que la corrélation « image violenteimage puissanteimpact sur le public » est erronée dû à un manque de vraies preuves. Les icones doivent donc être perçues comme des objets purement symboliques et dénués de contexte ; car ce sont les faits qui mènent à une décision, et comme les médias relatent les faits, on mélange le message et la personne qui porte le message.

*Il s’agissait de :
-Malcolm Brown, Self-immolating Monk, 11 juin 1963.
-Eddie Adams, Saigon Execution, 1er février 1968.
-John Paul Flo, Kent State Shootings, 4 mai 1970.
-Nick Ut, The Terror of War (“Napalm Girl”), 8 juin 1972.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.