Séance 6 : Maria Elvira Alvarez « Politisation et mobilisation des femmes catholiques en Bolivie dans les années 1940 »

Doctorante en Histoire spécialisée dans les « Mondes américains : sociétés, circulations, pouvoirs (XVe – XXIe s.) » et rattachée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maria Elvira Alvarez a récemment écrit une thèse intitulée « Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la guerre du Chaco à la Révolution Nationale (1935-1952) » dont l’objectif fut de rendre compte du rôle décisif que les femmes jouèrent dans les sphères publique et politique. Son intervention s’articula selon la problématique suivante : Comment ces femmes politisèrent-elles leur mouvement et quelles furent les bases idéologiques de leur mobilisation ?


Dans le contexte de déclin du mouvement féministe et de la guerre du Chaco, où les limites entre sphère privée et publique se brouillèrent et se superposèrent, le pays vit l’ascension d’un mouvement composé de femmes catholiques antifascistes : la FBEC (Fédération Bolivienne d’Employée Catholiques). La docteure Alvarez expliqua la base idéologique de leur politisation, qui avait donc pour but d’exalter la présence de ces femmes sur le marché du travail tout en sauvegardant la famille traditionnelle et l’ordre oligarchique en place. Opposées aux reformes portant atteinte à la moralité (telles celles reliés aux lois sur le divorce ou l’égalité des enfants), Maria Alvarez illustra comment ces femmes et leurs premières mobilisations furent les déclencheurs du renversement du gouvernement de Gualberto Villaroel et sa politique de répression féroce (pronazi, isolé et de la droite et de la gauche) ; et ce par une mobilisation de l’opinion publique contre ce dernier dans les mois sa démission.


Ainsi, cette présentation permit de mettre en lumière comment la politisation et mobilisation de ces femmes catholiques dans la sphère publique, réconciliaient des aspects à priori contradictoires avec la sphère privée et représentaient en soi un autre lieu du politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.