Séance 7 : Christilla Vasserot « Les versions de l’histoire : écritures et réécritures dans le théâtre cubain contemporain des années 1960 aux années 2000 »

Enseignante-chercheuse et maître de conférences rattachée à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, Christilla Vasserot a notamment réalisé en 1998 une thèse intitulée « Les avatars de la tragédie dans le théâtre cubain (1941 – 1968) ». Ses thèmes de recherches allant de Cuba à l’Amérique latine, en passant par les domaines de la Littérature, du Théâtre, et de l’Histoire culturelle, elle dispensa à l’occasion de notre séminaire une présentation sur l’impact de la révolution sur le théâtre cubain des années 1960 mais aussi celui des années 2000.

Il est apparu que les dramaturges du 21e siècle cherchaient à rénover la scène cubaine, la désenliser de ses formes populaires romantiques, en allant chercher des modèles ailleurs (inspiration de classiques contemporains nord-américains, etc.). Situer ce qui est à l’intérieur des années 60 intéressa plusieurs auteurs mais posa également problème par le rapport de l’art au politique. Ainsi, les désaccords de critiques littéraires et artistiques ne reposaient plus sur un fondement esthétique mais politique et idéologique. Ce qui est dans et hors de la révolution est important, tout comme ce qui se joue dans ce théâtre extra-contemporain que Christilla Vasserot décrivit comme le reflet des préoccupations du moment. En effet, selon les périodes, le théâtre n’est plus le même: il fut intéressant de voir comment certains auteurs ont retrouvé dans les années 2000 un espace de liberté qui était celui qu’ont pu créer dans la révolution certains auteurs des années 1960 ; ou comment les années 1980 ont vu le théâtre se développer en un espace alternatif, se jouant à la marge. Les circonstances historiques (telles que la chute bloc soviétique, du mur de Berlin, etc.) se retrouvèrent sur les scènes cubaines, et une écriture de l’intime se mit en place pour montrer les conséquences que cela a eu sur l’individus.

Cette séance démontra l’importance de l’art dans le politique, de voir comment une même histoire se retrouve racontée sur différents supports, comment les auteurs d’aujourd’hui réécrivent les évènements de ces années passées et comment le public les reçoit. Ainsi, si le théâtre est désigné comme un art secondaire, il convient de préciser que cela se perçoit non pas en termes péjoratifs mais en termes de quantité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.