Séance 1: Julien Nègre – 03 octobre 2019

Cette première séance a vu accueillir Julien Nègre, enseignant-chercheur à l’ENS Lyon et spécialiste du croisement entre la littérature et la cartographie d’une part, et du philosophe, poète et naturaliste américain Henry David Thoreau d’autre part. Comme résultat de la rencontre de ces deux champs de recherche, un ouvrage: L’Arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l’oeuvre de Henry David Thoreau, Lyon, ENS Éditions, 2019.

La présentation du chercheur part d’un constat intéressant: l’ensemble de la production écrite de Thoreau ne compterait qu’une seule carte, « Walden Pond », à laquelle le texte dans lequel elle s’insère ne fait d’ailleurs pas directement référence. On comprend donc dès lors que le chercheur visera une autre forme de cartographie que celle présentée par les cartes physiques des archives de Thoreau: une cartographie se dessinant au sein-même de ses textes, au travers des mots et des descriptions qu’il nous offre.

Suit une rapide présentation de Thoreau, le replaçant dans le double contexte états-unien des années 1840-1850, soit deux décennies avant que ne commence la guerre de Sécession: nous assistons donc tout d’abord à la soudaine expansion territoriale vers l’ouest, achevant de donner sa forme actuelle au pays, puis lié à cette même question à une intensification du débat sur la question de l’esclavage. Julien Nègre se penche très vite sur la production de Henry David Thoreau, et procède dans un premier temps à un découpage en quatre catégories des cartes constituant ses archives, puis dans un second temps à un deuxième découpage en quatre catégories de ses écrits. Nous laissons de côté la première classification pour nous rappeler de la dernière, plus conséquente et centrale dans la présentation du chercheur. À l’exception du journal de Henry David Thoreau, le reste de son oeuvre est donc divisé entre ses « textes de jeunesse », les « grandes excursions » (Walden or Life in the WoodsCape CodThe Maine Woods…), les « essais polémiques » (Resistance to Civil GovernmentSlavery in MassachussetsLife Without Principle…) puis en dernier lieu ses « études des microcosmes » (Autumnal TintsWild Apples: The History of the Apple TreeAn Address on the Succession of Forest Trees…).

Les textes de jeunesse étant laissés de côté, il passe donc directement aux grandes excursions: les cartes que Thoreau conserve et complète se voient concernées dans ses textes soit explicitement pas des citations, soit plus implicitement, en y ajoutant ses propres informations. Il se sert de ces différentes zones présentées par les cartes physiques pour étayer ses écrits, et de plus, à l’inverse, ce texte vient également nourrir ces cartes en leur donnant de nouvelles dynamique et de nouvelles perspectives. Il s’appuiera sur le cas du village présenté dans Walden or Life in the Woods en le considérant comme une « structure de canalisation », un « diagramme » en termes foucaldiens. L’enseignant-chercheur souligne alors que « tout en empruntant à cette logique de clarification des cartes, [Thoreau] s’intéresse aussi à tous les points qui résistent à cette formalisation, à ce diagramme ». Ces questionnements sont à mettre en lien direct avec la langue employée par Thoreau, qui peut parfois provoquer des effets de sens inattendus, de par l’incertitude orthographique de certains mots mis à l’écrit pour la première fois (échange avec les deux guides indiens dans The Maine Woods). Ces différents constats sur les « grandes excursions » aboutissent à un rapport commun selon Julien Nègre: « les zones d’incertitudes de la langue, tout comme celles de la carte, ne sont pas envisagées par Thoreau comme des lieux où le sens devient incertain et instable, mais plutôt comme autant d’occasions de démultiplier les effets de sens et leurs potentialités ».

La catégorie des essais polémiques est quant à elle présentée autour d’une idée principale par le chercheur: la prison, par laquelle Thoreau est passé, conçue comme seul vrai espace de liberté, puisque le reste du territoire (ici le Massachussets) est présenté comme un territoire d’esclavage, où chacun, par son inaction, se retrouve finalement esclave de cette situation.

La séance se termine finalement sur la plus petite échelle travaillée par Thoreau: les textes sur les microcosmes. Ces derniers permettent de voir l’invisible, puisque Julien Nègre nous explique que Thoreau complète les cartes en mettant au premier plan des éléments négligés. Il s’ancre donc ici dans un travail de perception, et l’enseignant-chercheur en conclut que « un vide sur la carte n’est pas nécessairement un signe de vide mais plutôt une chose à découvrir ».

Cette séance se clôture donc sur le constat suivant: les textes de Thoreau ont influé directement sur la cartographie en la faisant évoluer, et nous reprenons pour cela la citation de Baptiste Morizot faite par Julien Nègre en clôture de cette présentation:

Les mots ne représentent pas les choses, ils les changent. Ils configurent nos relations envers elles, nos modes d’action sur elles. Chaque geste quotidien du langage qui entend définir quelque chose est face à l’irréductible responsabilité de le transformer, et de déterminer un champ d’action limité à son égard. Maîtriser ce geste adamique (nommer, configurer, orienter l’action) revient à défendre et pratiquer un usage raisonné des mots, qui opère leur transmutation en concepts: c’est-à-dire en modèles mentaux rigoureux, précisément définis quant à leurs fondements philosophiques et leurs répercussions cartographiques lointaines.

Baptiste Morizot, Les diplomates, Wildproject, 2016, p. 22.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.