Séance 3 – Benoît Tadié : « “Through me many long dumb voices : roman noir et subjectivation politique »

L’intervention de Benoît Tadié avait pour objectif de s’intéresser au rapport entre le polar et le politique à la croisée de différentes aires géographiques et historiques. Cette présentation a été axée sur la question de la reconnaissance du peuple par la littérature à travers le roman noir.

La première temporalité fut au lendemain de la première guerre mondiale où le genre était largement produit par les écrivains au travers du magazine PULP. Cette période produit les récits de détectives où le crime est mis en relation avec la violence sociale. Les auteurs s’en prennent ensuite au système politique où la démocratie serait corrompue par le crime. Le détective n’est plus au service de la classe dirigeante comme il l’était autrefois. Un deuxième renversement survient lorsque les auteurs placent le gangster comme protagoniste de l’histoire. Cette révolution est caractérisée par une nouvelle vision du monde à travers les yeux du criminel qui se voit être une personne exclue par une société inégalitaire.

La deuxième temporalité se place au lendemain de la seconde guerre mondiale avec l’émergence du livre de poche sur la scène américaine. Le roman noir ne faisait alors pas parti d’une seule et même catégorie mais plutôt de différents sous-genres comme le policier, cow-boy, historique ou encore « sexe excentrique » (gay et lesbien) par exemple. Le roman noir y permet la représentation et la prise de parole de peuples en marge que Benoît Tadié a également nommé comme étant « le monde des désaffiliés ». L’univers social jugé comme déviant par une société intolérante devient ici le héros d’un sous-genre narratif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search