Séance 4 – Aline Helg (Université de Genève) : “Missionnaire ou révolutionnaire ? Prémices d’une théologie afro-américaine aux confins de la Colombie (Buenaventura, 1966-1980)”

La présentation d’Aline Helg expose ce qu’elle qualifie comme étant « la plus grosse réforme agraire de Colombie ». En 1993, la communauté afro-colombienne a su affirmer son identité noire légalement et sans prendre les armes afin d’affirmer leurs droits sur les terres de la côte pacifique de Colombie. Aline Helg remonte d’abord en 1970 lorsqu’une loi sur l’occupation de ces terres longtemps délaissées par l’état afin de transformer tout le bassin pacifique en une vaste région de production liée au commerce international. La période de guerre civile de Colombie allant de 1946 à 1960 a permis aux conservateurs de prendre le pouvoir et de relancer la conquête de la frontière au travers de congrégations religieuses. La côte est alors habitée par des noirs descendants des noirs esclavagisés dans les mines d’or de la région pacifique vivant dans les bidonvilles de Buenaventura, port principal d’import/export de Colombie. Le premier évêque qui y fut envoyé était Valencia Cano en 1940. Alice Helg centre sa présentation sur le parcours de cet homme afin d’identifier son impact dans la loi des négritudes ainsi que sa perception de la communauté afro-descendante. Durant ses premières années à Buenaventura, il lance des initiatives pour les pauvres en créant des paroisses, écoles, et orphelinats. Cependant, le modèle de développement capitaliste menace peu à peu le monopole de contrôle de l’église sur les populations noires et indigènes. Lors des années 1980, la population noire se sent exploitée et lance une révolution. Sur la côté, l’atmosphère change et les pauvres prennent la parole dans les médias en faisant les gros titres. Cano leur apporte soutien et se met à dos les conservateurs, il utilise la radio pour toucher les paroissiens et dénoncer l’injustice ainsi la négligence du gouvernement sur ces populations. Les paroissiens aident les communautés rurales à s’organiser et alerter afin de faire barrage à la constitution colombienne conservatrice. Une nouvelle constitution est instaurée en 1991, à la fois décentralisée et participative, elle oblige l’état à protéger les richesse culturelles et naturelles. La présentation d’Aline Helg a permis de comprendre comment la mission de l’église catholique, notamment au travers des actions de Valencia Cano, est passée de civiliser les noires et indiens (intégrés de force comme subalternes dans la nation colombienne catholique et hispanique) à défendre la culture et la relation à l’environnement spécifiques aux communautés noires du pacifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.