Séance 6 – Adeline Vasquez-Parra (CECILLE, Université de Lille) “Des voix silencées. Rechercher les traces d’agentivité féminine en histoire coloniale: le cas de la déportation des Acadiennes (1755-1789)”

Adeline Vasquez-Parra a proposé, durant son intervention, une étude de l’Acadie, une ancienne colonie française située tout à l’est du canada continental et fondée en 1604 par Samuel Champlin. Les Acadiens sont les descendants de colons français qui ont refusé de prêter un serment d’allégeance à la couronne britannique. En Août 1755, lors des déportations vers les autres colonies britanniques d’Amérique impliquant de nombreux blessés, familles séparées, enfants orphelins, une grande précarité de ces populations, ainsi que de nombreuses violences faites aux femmes.

Adeline Vasquez-Parra a concentré son attention sur cette génération de femmes qui sont nées en Acadie mais qui ont grandi dans des communautés de réfugiés réinstallées dans différentes sociétés Atlantiques entre 1755 et la fin du 18e siècle. Les Acadiennes deviennent la cible des empires français et britannique qui se retrouvent, à la fin de la guerre de sept ans, en quête de population blanche et rurale pour repeupler les terres. La question centrale de cette intervention fut la suivante : Comment des femmes sans ressources, sans statuts, parfois sans appui familial, s’organisent dans ces conditions sachant qu’une génération plus âgée d’homme acadien profite de cette situation juridique floue pour négocier la réinstallation de leur groupe avec deux administrateurs européens?

Cette histoire a longtemps fait partie de l’historiographie trans-américaine avec des historiens de différents territoires du continent, où la déportation a été étudiée à travers les rapports de forces extérieurs en omettant les rapports de forces internes (tels que l’accès à la propriété terrienne et la gestion des ressources) aux groupes qui conditionnent ces rapports avec l’extérieur. Certaines archives ne sont jamais évoquées à cause de la pensée générale que les femmes étaient absentes des lieux de pouvoir dominés par les hommes. Adeline Vasquez-Parra a donc constaté un vide historiographique à propos de l’organisation des femmes Acadiennes.

La plupart de ces femmes devenaient des domestiques assignée à la transmission de la religion et de la langue. Cependant, en combinant l’histoire des individus et des mobilités, Adeline Vasquez-Parra a su recenser le parcours de certaines femmes, notamment dans le monde atlantique de 1755 à 1789. Elle mesure ainsi l’impact de l’exil dans ces nouvelles dynamiques de famille à travers les nouveaux rôles des femmes qui doivent se réorganiser surtout quand les aides de l’état sont insuffisantes. Ainsi, les femmes doivent prendre le rôle d’hommes et s’ouvrir à la sphère public. Certaines se façonnent un réseau de liens sociaux, d’autres prennent la mer en faisant partie d’équipages. Adeline Vasquez-Parra donne ici légitimité au rôle des femmes bien souvent occulté par l’historiographie commune.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.