Séance 7 – Michelle Granshaw (University of Pittsburgh) “Dramaturgies in Practice: Irish-American Theatre and Performances of Mobility”

Michelle Granshaw présente comment la performance théâtrale à travers le mouvement a donné sens et impacté le sentiment d’appartenance dans l’Amérique du 19e siècle. La mobilité et la performance ont constitué un rôle fondamental dans la construction de classe, race, et genre dans l’imagination nationale. Michelle Granshaw se focalise sur la tension crée à ce moment entre les irlandais et la mobilité. Le théâtre était alors un divertissement populaire accessible aux migrants irlandais et aux irlandais américains. Les narrations y exposaient une réalité irlandaise à travers des panoramas en mouvement, de la comédie et de la variété. A partir des années 1960, le théâtre était censé donner aux irlandais américains un lien avec une terre qu’ils n’ont jamais vu. Cependant, cela leur donnait l’image d’une Irlande imaginée qui renforçait les stéréotypes irlandais. Ainsi, Michelle Granshaw argumente que les artistes migrants irlandais et américains utilisaient cette mobilité imaginée comme une tactique nationaliste pour réécrire l’histoire irlandaise. Cela a transformé la narration irlandaise montrant des paysages irlandais comme vide ou occupés par des irelandais primitifs ce qui justifiait l’occupation coloniale britannique. Ainsi, cela a construit une idéologie nationale irlandaise relié à la terre, l’histoire celtique et de la race. Michelle Granshaw montre comment le panorama en mouvement à travers la scène était au cœur du spectacle et opéré comme une représentation idéologique de la mobilité, de l’histoire d’Irlande, et de la technologie visuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.