Séance 10 – Philippe Castejón (CECILLE, Université de Lille) “Le monstre et le vice-roi : une tentative de séparation des pouvoirs aux Indes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle”

La présentation de Philippe Castejón porte sur les mécanismes de la prise de décision politique de l’empire espagnol à la fin de l’ancien régime et plus particulièrement sur la capacité des autorités locales à invalider l’application des décisions royales aux Indes (Amérique hispanique + Phillipines). Le caractère injuste d’une loi ou son inadéquation aux conditions locales était souvent l’argument qui justifiait cette action. Dès la conquête des Indes en 1521, les décisions royales ne pouvaient être appliquées sans obtenir l’approbation des officiers municipaux qui étaient alors la principale juridiction. Philippe Castejón s’est intéressé à cette époque qui constitue, selon lui, un moment clé des réformes royales et permet de saisir cette réalité de prise de décisions à un moment où les tensions étaient très fortes. A ce moment, le gouvernement espagnol prenait conscience qu’il était nécessaire de mettre en place des réformes économiques et politiques dans leur empire. Le questionnement de Philippe Castejón est donc le suivant : Comment ces réformes structurelles révèlent les formes de prises de décisions en sortant le gouvernement central de logique routinière et bureaucratique ? Il analyse le processus de prise de décision à travers plusieurs points : l’anayse d’un problème, les options permettant d’y répondre, le choix effectué et les conséquences qui en découlent. Son intérêt pour la période du règne de Charles III s’explique par ce moment unique dans la monarchie espagnol qui marque l’abandon de monopole ainsi que les changements politiques et juridiques sur un période de seulement 13 ans. Le roi était réformateur mais n’était que rarement à l’origine des changements, ceux qui les initiait étaient les secrétaires d’état qui avaient une relation de confiance avec le souverain. La délégation au secrétaire d’état en était en charge car le roi représentait la continuité de ses prédécesseurs et de tels changements auraient remis en cause son héritage. Le roi devient bureaucrate et ne fait que valider les décisions prises en amont ce qui crée un système politique de coopération. Philippe Castejón identifie donc, tout au long de sa présentations, les actions et interactions entre acteurs individuels et acteurs collectifs ainsi que la façon dont le pouvoir est, au fur et à mesure, retiré au roi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.